Les Goonies de Richard Donner (1985) par Tootsif

Astoria est une modeste et paisible cité portuaire de la Côte Ouest. Trop paisible au gré de ses jeunes habitants… « Il ne se passe jamais rien ici », soupira un jour l’un d’eux, mélancolique. Mickey Walsh, treize ans, venait de prononcer une de ces phrases fatidiques qui annoncent parfois les aventures les plus étranges, les plus folles et les plus amusantes.

affiche les goonies

LITTLE BIG ADVENTURE

Qui n’a pas rêvé, gamin, qu’avec sa bande potes, au détour d’une sortie de tomber sur une grotte en pleine forêt ou un vieux bunker, faisant de cette découverte l’objet de tous les fantasmes d’aventures d’une bande de gamins avides d’émotions. Et si cette grotte se prolongeait profondément sous terre et dissimulait en son sein un trésor ? Et si dans son bunker une poche de soldats vivaient en autarcie sans être au courant de l’arrêt des conflits !

image les goonies - 1

Oui n’importe quoi était propice à laisser vagabonder son esprit vers des aventures hors du commun. Malheureusement pour moi et mes potes, pas de grotte dans ma forêt ou de baraque abandonnée, mais heureusement pour m’évader du quotidien il y avait le cinéma. Car, j’ai eu le bonheur de grandir dans les années 80, période faste où un bande de cinéastes a compris que ce dernier était un vecteur de rêve pour les gamins et nous a sorti tout un tas de productions aptes à nous faire rêver.

image les goonies - 2

Ces demi-dieux, ces marchands de rêves du 7ème art, sont Georges Lucas et Steven Spielberg accompagnés des fameuses productions Amblin. Car en 10 ans ils nous ont fait voyager dans tous les sens ! Ras le bol des chevaliers en boite de conserve, paf remplacez votre destrier par un x-wing et votre banale épée par un sabre laser ! Et, quoi de plus cool qu’avoir comme meilleur ami un extra terrestre ? Merci E.T ! Envie d’aventure, de dépaysement ? Bonjour Docteur Jones !

Oui, Les amis George et Steve savaient comment faire rêver les kids ! Et parmi, toutes ces productions, une tient une place particulière dans mon coeur car elle renvoie en plein dans ce concept de « Little Big Adventure » et ainsi, telle une madeleine de Proust, me renvoie à cette époque de tendre insouciance où avec mes potes j’enfourchais mon vélo pour partir crapahuter dans les bois pour retourner dormir dans une tente au fond du jardin.

image les goonies - 3

Ce film c’est Les Goonies où l’aventure rêvée de tout morveux en culotte courte !

Faut dire que Spielberg et sa team (Chris « Gremlins » Colombus au scénar, ILM aux effets spéciaux et Richard « Superman » Donner à la réal) font très forts en nous contant une aventure qui remplit tous les critères pour envoyer un gamin au Nirvana cinématographique.

déjà il y a l’identification avec une bande de kids où chacun trouvera celui qui lui correspond : entre le doux rêveur fragile, le ptit asiat qui nous la joue MacGyver, le fort en gueule, le petit gros qui pense à bouffer et fait que des conneries, la pom-pom girl mignonnette mais un peu cruche, la mocheté pas si moche quand tu lui enlèves ses lunettes, et le grand frère que tu aimes détester mais qui sera toujours là pour toi.

image les goonies - 4

bref, quand tu es gosse c’est juste la bande parfaite, celle à laquelle tu rêves d’appartenir. d’autant plus que chacun d’entre eux est travaillé et qu’aucun n’ai laissé à la traîne. Et surtout cet esprit de bande est putainement bien retranscrit avec des répliques qui fusent comme celles que l’on se balance dans la cours de récré et loin de nombre de niaiseries devant lesquelles on nous a collé ! Ici les Goonies n’hésitent pas à se vanner entre eux et sont bien au courant des choses de la vie et nous balancent des répliques parlant aussi bien de drogue que de sexe. En ces temps de politiquement correct ça fait franchement du bien !

image les goonies - 5

Et donc cette bande de gamins dont on rêve de faire partie est entraînée dans une aventure que l’on r^ve de vivre. Si c’est pas cool ça ! Mais si vous savez ces aventures de légende flippante avec trésor à la clef. mais, attention, un trésor protégé par des pièges retors où seuls l’ingéniosité et la débrouillardise de nos Indiana Jones en culottes courtes. Et quelques cris de frayeurs de notre pom-pom girl….

Et que serait une chasse au trésor sans vils méchants pour s’emparer de ce que convoitent nos Goonies ? Rien. Assurément. Et là on fait dans le méchant crétin car le but c’est de divertir les kids. Oui, il doit trembler à ce à quoi  sont confronté ses héros, mais il doit aussi se marrer devant les pérégrinations de cette bande de pieds nickelés plus idiots que méchants.

image les goonies - 6

Car le script de Colombus l’a bien compris, le film doit faire passer son spectateur par tout un tas d’émotion tel un grand huit émotionnel : du rire à la frayeur en passant par les moments de bravoure et d’autres plus introspectifs Les Goonies est une aventure rythmée qui a vraiment très peu subi les ravages du temps.

Alors ok, on se moquera du look improbable des années 80 (heu on mettait vraiment un short par dessus son jogging molletonné ? C’est quoi ces coupes de cheveux putain ?) mais pour le reste c’est quasi du tout bon et ravira le jeune public auquel il se prédestine essentiellement et les trentenaires qui, comme moi, ont fait tourné la VHS (pour les plus jeunes c’est un format d’enregistrement  hélas disparu, jusqu’à en rendre la bande illisible?

image les goonies - 7

Peut être pourra -t-on lui reprocher les monologues de Mickey, assez chiants, et un final happy-end et politiquement correct qui a tendance me faire vomir de la guimauve.

Mais pour le reste c’est du tout bon et ça nous montre que lorsque l’on prend pas les kids pour des truffes décérébrées, on peut pondre des divertissements touchant à l’essence même de ce qui fait l’enfance : le rêve et l’envie d’aventure.

Hélas, il faut croire que cette époque quasi bénie est révolue.

un bon film
un bon film

« Les Goonies » de Richard Donner (1985). Avec : Sean Astin, Josh Brolin, Corey Feldman, Jeff Cohen. Durée : 01 H 41.

Publicités

2 commentaires

  1. Un film générationnel tout simplement ou comment faire des films pour les gosses sans les prendre pour des cons, pas faux pour les monologues du Hobbit mais bon pour bon nombre de trentenaires le film est culte

    J'aime

  2. Ouais ça manque ce genre de film à une époque où maintenant on prend les mioches pour des neuneus. Les 80’s c’était une époque bénie de cinéma pour kids

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s