Bonnes funérailles, amis, Sartana paiera de Anthony Ascott (1970) par Marc Shift

Alors qu’il devait rencontrer un prospecteur d’or, Sartana assiste à son exécution et à l’incendie de sa cahute par une troupe de bandit. Sartana ne leur laissera aucunes chances. Il se rend alors à la ville d’Indin Creek pour tirer cette affaire au clair…

Bonnes-funérailles-amis-Sartana-paiera-poster-affiche

Cadavres à la pelle

Un petit retours aux origines ne fait jamais de mal, car ma passion du cinéma m’est venu par les westerns, surtout ceux de Léone, et quand j’ai l’occasion d’en dénicher des bons, c’est plus fort que moi, il faut que je jette un oeil dessus. Et quand en plus on les trouve pour moi (merci Artus), il deviendrait criminel de ma part de les rater.

Bonnes-funérailles-amis-Sartana-paiera

Je dois quand même avouer que Sartana, je ne connais pas, alors que c’est quand même un personnage qui a eu sa propre saga  (au moins 5…) en plus d’apparaitre dans une bonne dizaine de films (avec Django, Trinity et bien d’autres)!!! Alors que retenir de ce personnage moralement peu défendable et tiré à quatre épingles?

Bonnes-funérailles-amis-Sartana-paiera

Et bien du tout bon, même si avouons le, c’est typiquement le genre de film d’exploitation pas forcément bien vu de la critique classique (non je ne donnerais pas de nom, je ne dis jamais de mal de Télérama….). Parce que faire cohabiter un cowboy mis justicier mis super héros (les analogies sont assez nombreuses) avec un chinois fourbe (qui a dit cliché?), un banquier véreux (qui a dit pléonasme?), une héritière un peu trop cupide (qui a dit que les femmes sont vénale?…. Calva tu sors!!) et un shérif pas très net (celui qui a dit fait moi peur à le droit de se pendre….) en plus d’autres perso haut en couleur, y a qu’un film d’exploitation pour réunir tout ce beau monde, et pour votre plus grand plaisir!!

Bonnes-funérailles-amis-Sartana-paiera

L’histoire est assez simple, et reprend le thème ultra classique du cowboy solitaire, épris de justice, arrivant dans une communauté aussi chaleureuse qu’un sac de vipères, où un honnête citoyen a été victime d’une immonde machination….euh stop c’est pas tout à fait ça, le cowboy solitaire est plus intéressé par sa richesse personnel, il joue, il triche (mais lui gagne), l’honnête citoyen n’a pas l’air si recommandable que ça…mais il y a bien machination. En fait j’adore les films, où, pas un personnage ne rattrape moralement les autres, et, limite, c’est le plus tordu (et le plus rapide forcément dans un western) qui s’en sort à la fin.

Bonnes-funérailles-amis-Sartana-paiera

Car là où le film tape très fort, outre la qualité de sa copie, c’est dans sa galerie de personnages, sans doutes un peu caricaturaux, mais totalement jouissif (notamment l’homme de main chinois à chapeau melon,  le fossoyeur….), pas forcément tous bien joué (normal dans le bis italien) mais ça fait parti du pack habituel de ce type de prod (et de toutes façons ça la rend meilleure pour moi).

La réalisation n’est pas la meilleure qui soit, mais ne loupe pas le principal (baston dans un tripot très bien mené….). Mais, petit détail, c’est fou comme le temps passe vite dans ce film, des actions commençant le jours peuvent se terminer le nuit (ou inversement) en un claquement de doigt. La musique, proche de ce que peut faire Ennio Morricone sur les phases rythmique, et plus que sympa, les paysages sont beau (sans doutes en Espagne, une bonne partie des Western italien y ont été tournés).

Bonnes-funérailles-amis-Sartana-paiera

Alors ne passez pas à côté du personnage de Sartana, machiavélique (avec toujours un temps d’avance), joueur invétéré (avec ses cartes digne de cats eyes….oui chacun ses références!!), tireur hors pairs, faussaires, escroc, séducteur….les qualificatifs manques, alors amoureux de western foncez!!

un bon film
un bon film

Bonnes funérailles, amis, Sartana paiera de Anthony Ascott (1970) Editeur Artus films, avec Gianni Garko, Helga Liné, George Wang….durée 1h29

Bonnes funérailles, amis, Sartana paiera – trailer par apparitor

Publicités

2 commentaires

  1. Ouais il était vraiment sympa, certes ultra classique dans le western spaghetti (personnages ultrastéréotypés) mais ça marche d’enfer.
    Le bémol vient pour moi de la musique qui va un peu dans tous les sens (du copitage de morriccone au influences asiat) mais qui manque au final d’un vrai thème entêtant contrairement à nombre de ses confrères

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s