Satanik de Piero Vivarelli (1968) par Marc Shift

Marie Bannister est l’assistante, moche et défigurée, d’un brillant scientifique qui est sur le point de mettre au point un procédé révolutionnaire de rajeunissement de la peau. Seule ombre au tableau, les animaux testés deviennent très agressifs, ce qui ne semble pas freiner l’assistante, prête à tout pour tester le produit….

Satanik-poster-affiche

J’aurais bien vendu mon âme au diable si seulement j’en avait eu une…..

Comme vous le savez, la pellicule brûle est en partenariat avec l’éditeur Artus films, c’est pourquoi nous chroniquons régulièrement leurs films. Plusieurs raisons à cela, c’est une petite boite indépendante tenu par deux mordu de ciné bis, qui étoffent régulièrement leur catalogue de films en tous genres (western, SF, nazi’sploitation, fantastique, gothique etc…..) tout en présentant un produit de qualité en terme technique (copie, sonorisation….).

Satanik-film-movie1

Alors oui, on fait un peu de pub, mais c’est quand même le propre de tous blogs ciné, au fond on passe notre temps à ça, alors autant le faire pour des petites structures fondées et tenu par des passionnés.

Et surtout, c’est un réel plaisir pour nous (en tous cas pour moi) de découvrir (pour une bonne partie) le cinéma bis européen de la fin des années 60 aux années 70. Et vous l’aurez compris, Satanik fait partie de ces films. Le personnage principal (Satanik donc) fait partie d’un courant célébrant les génie du crime, plus ou moins sadique, décliné tout d’abord sur support papier (en roman photo et en BD).

Satanik-film-movie

Alors, à la base Satanik est l’un des plus sadique, n’hésitant pas à tuer à mains nues pour son plaisir. Malheureusement avec le film, changement de braquet, de Satanik il ne reste que le nom et exit sadisme, esprit machiavélique, et surtout Satanik devient une femme.

Alors pourquoi pas, surtout quand elle est mignonne, ce qui est le cas ici (enfin quand elle a pris sa potion, sinon on a plus envie de fuir….), mais elle ne correspond pas du tout à ce qu’est Satanik à la base (donc ni sadique et pas vraiment machiavélique).

Satanik-film-movie5

Si le film ne rentre pas dans un esprit Satanik, que propose t-il? Et bien malheureusement pas grand chose. Si le film évite d’être d’un désintérêt total, il le doit en grande partie aux acteurs, qui s’ils ne sont pas excellents, on au moins la bonne idée d’avoir une sorte de « cool attitude », jouant avec sérieux sans pour autant se prendre au sérieux. Et puis Magda Konopka est quand même sacrément jolie.

Satanik-film-movie7

En dehors de ça le film est tout de même assez ennuyeux, assez peu rythmé, n’ayant rien de particulier pour s’extirper de la masse de la production bis (de n’importe quelle époque….), la réalisation assez mollassonne, une musique n’ayant rien de particulier (à part dans le bar flamenco où on n’entend pas la musique à cause des claquement de talons…..).

En bref, à part pour les fanas de cette période, ce film n’est pas forcément à recommander chaudement ….

ça sent mauvais
ça sent mauvais

Satanik de Piero Vivarelli (1968, Esp, Ita) Edité par Artus films, avec Magda Konopka, Julio Pena, Umberto Raho…..durée 1h21

Satanik – trailer par apparitor

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s