Le temps des vautours de Romolo Guerrieri (1967) par Marc Shift

Manuel est un bandit mexicain de bas étages, en tous cas avec une prime sur sa tête bien trop faible pour intéresser le chasseur de prime Django. Mais l’enlèvement d’une jolie héritière par le bandit mexicain pourrait bien changer la donne, surtout que le père fait monter les enchères….

Le-temps-des-vautours-poster-affiche

Valse mortelle…

Amis de jeu de mot pourris bonjour!! Le pire c’est qu’en plus j’ai eu du mal à le trouver, enfin bref (non celui là je ne le ferais pas, faut quand même garder un peu de dignité) mieux vaut tout de même que nous parlions de western, c’est quand même plus sympa.

Alors non, le personnage de Django n’est pas né de l’imagination de moins en moins fertile de Tarantino, mais de l’esprit de Sergio Corbucci, qui jeta avec ce personnage les bases d’un western plus violent, allant au delà de ce qu’avait initié Sergio Leone avec sa trilogie du dollars.

Le-temps-des-vautours

Corbucci d’ailleurs, sans vraiment le savoir, jeta les bases d’une saga prolixe, avec ce chasseur de prime sans pitié, mais avec tout de même un soupçon d’humanité avec les relation, un brin compliqué, qu’il entretient avec la gente féminine (il est à peu près aussi doué que Calva, c’est dire!!!).

Avec ce temps des vautours on reste dans le sentier balisé du personnage, la patte Corbucci en moins, surtout que les très nombreuses déclinaisons (le perso apparait dans plus d’une trentaine de western à ma connaissance) n’ont pas grand chose « d’officiel » hormis une suite tardive et l’adaptation de Tarantino.

Le-temps-des-vautours4

Donc exit aussi Franco Nero, acteur principal dans le film original, qui cède ici sa place à Gianni Garko, autre habitué des colts et des chevaux (voir le très sympa Bonnes funérailles, amis, Sartana paiera), dans un volet réalisé par Romolo Guerrieri qui a prouvé son habileté dans le genre avec le réputé Johnny Yuma (que je n’ai pas vu, mais les échos sont très positifs).

Le-temps-des-vautours2

Alors que vaut ce temps des vautours? Et bien s’il n’atteint pas la maestria visuel de l’original, le film distille une ambiance suffisamment tendu, avec assez peu de temps mort, lié par la bonne maitrise technique, qui ne souffre pas d’un budget qu’on devine assez limité.

Le constat est le même au niveau du scénario, collant bien à l’univers de Django, fait de traque, de coup tordu, un zeste de manipulation, le tout saupoudré d’atermoiement amoureux, Django n’arrivant jamais à choisir entre la beauté qui se balade dans un saloon et sa vie de chevauchement….

Le-temps-des-vautours

Ce volet est donc plus que sympa, avec des acteurs connaissant ce registre sur le bout de la gâchette (et qui se sont déjà croisé), en habitué de ce type de production, en cabotinant plus ou moins dans le bon sens, la partition musicale est très bonne dans ce registre, avec une réalisation efficace, au final un bon cru.

moyen mais sympa
moyen mais sympa

Le temps des vautours de Romolo Guerrieri (1967, Ita) Edité par Artus films, avec Gianni Garko, Loredana Nusciak, Claudio Camaso….durée 1h33

Le temps des vautours – trailer par apparitor

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s