La Vengeance de Lady Morgan de Massimo Pupillo par Neots25

Retour sur « La Vengeance de Lady Morgan » réalisé par Massimo Pupillo. J’ai tardé à l’écrire et je m’en excuse. Enfin, bref… C’est l »histoire de Susan BlackHouse qui doit épouser un homme que son père a choisit. Après la mort de son amour, Pierre Brissac, elle épouse Harald Morgan. Seulement, elle n’imaginait pas la terreur que vont lui faire vivre son mari et ses serviteurs. Après cet harcèlement permanent qu’elle endure, elle se suicide et revient d’entre les morts pour rendre justice et se venger de ses êtres viles.Ici, c’est un classique qui fait l’objet de mon attention, La vengeance de Lady Morgan, et c’est grâce à Artus Film. Sur fond de trahison, de supercherie, d’illusion et d’hallucination, le film a plus d’un tour dans son sac. Même si, de prime à bord, le film semble plutôt fade, lent et sans consistance, je me suis pris de plaisir à le visionner sans qu’il soit pour autant un chef d’œuvre. Massimo Pupillo ajuste de manière correcte les scènes et l’esthétique y très soignée. Le scénario est assez prenant et nous donne, surtout dans la première partie, du fil à retordre en nous laissant le soin d’admirer cette descente aux enfers de Lady Morgan. Seulement, le film est découpé, si on peut dire, en deux, ce qui n’est pas plaisant.

Dans la première partie, le sujet est amené sans grande peine et on suit le fil . Lady Morgan qui à la suite de la mort de son cher amour doit épouser Harald Morgan qui va lui faire vivre des instants troublants et malheureux. On voit véritablement Lady Morgan perdre la tête sans s’apercevoir de la supercherie dans laquelle elle est. Cette partie est très intéressante et nous hypnotise, tout comme la protagoniste, dans ce sillage où elle ne restera pas indemne. La terreur que le personnage vit va rendre compte de la suite des évènements et laisse peu à peu Lady Morgan face à un choix cruciale, celui de suicider, car elle est à bout de force.

A partir de ce moment, le film prend une tout autre tournure. Les enchaînements se font rapidement tout en perdant du rythme dans l’histoire. On est perdu face aux évènements qui suivent, si bien que je me suis, sans doute, un peu assoupie. Tant la première partie était intéressante et met assez bien en avant la torture que va vivre le personnage principale, cette deuxième met pour ma part un frein à l’intensité de l’histoire. Même si on voit parfaitement la vengeance de Lady Morgan, je me suis perdue dans ce fond. Cette seconde partie va vite m’égarer dans ce tourbillon de la vengeance.

Par contre, les acteurs sont assez convaincants et disposent d’un jeu, pour l’époque, plutôt captivants et justes. Lady Morgan joué par la sublime Barbara Nelli qui nous envoutait de son charisme, de sa tendresse et bien évidemment de sa vengeance. Le sir Harald Morgan, joué par Paul Muller, est antipathique, détestable à souhait et avec un air et un sourire plus qu’effrayant. Quant à son amante, Lilian, joué par l’hypnotique Erika Blanc, elle est envoutante dans ce rôle de sorcière. En fait, c’est pour dire que sur le coup, j’ai plutôt apprécié ce casting haut en couleur et particulièrement charmant et troublant.

Donc, dans ce sens, c’est un film plutôt sympathique dans son genre et qui va vous faire passer un bon moment tant pour les amateurs que pour les cinéphiles de film classique.

moyen mais sympa
moyen mais sympa

« La Vengeance de Lady Morgan » de Massimo Pupillo (1965, Italie). Édité par Artus Films avec Barbara Nelli, Paul Muller, Erika Blanc et Gordon Mitchell. Durée : 1H22.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s