La planète des vampires de Mario Bava (1962) par le Capitaine Calva

Marc Shift et moi, c’est un peu comme Fantasio et Gaston Lagaffe. Le premier passe son temps à engueuler le deuxième:

« _ Calva, tu fais chier! j’attends ta chronique depuis deux ans!

_ Ah? Désolé j’ai oublié. Je le fais de suite.

_ Tu fais chier quand même! »

La-planète-des-vampires-Poster-affiche-Mario-Bava

Voilà notre discussion par SMS hier soir. Ok ok, je suis en retard je charrie un peu sur ce coup là. En même temps, ce n’est pas ma faute si je lis et regarde Games of Thrones, Walking dead entres autres choses absolument passionnantes. Sans oublier un détail qui a son importance: je suis une grosse flemmarde! Mais avant d’attaquer la critique, je me dois de me préparer psychologiquement: Un whisky et une clope plus tard, me voici!

La-planète-des-vampires-Mario-Bava4

L’histoire: Dans l’espace, les vaisseaux spatiaux Argos et Galliot sont envoyés en mission d’exploration sur la mystérieuse planète Aura. Premier arrivé, l’Argos ne donne plus signe de vie. À l’atterrissage, les membres de l’équipage du Galliot deviennent fous et commencent à se massacrer entre eux… soit, comme ils l’apprennent rapidement, exactement ce qui est arrivé à l’Argos. Les explorateurs se rendent bientôt compte que la planète est habitée par des extraterrestres dénués de corps qui sont prêts à tout pour s’échapper de leur planète à l’agonie. (Merci Wikipedia)

La-planète-des-vampires-Mario-Bava5

Pour ma part, voici ma version:

_ »Capitaine! Je vois le vaisseau bleu tout flou sur l’écran! dit le pilote en combinaison de cuir noire et jaune, moulante avec un col haut tout bizarre.

_ Mon dieu, c’est horrible! Ajuste la résolution en 4K. dit le capitaine en combinaison de cuir noire et jaune, moulante avec un col haut tout bizarre.

_ Impossible capitaine, on a pas d’écran en fait.

_ Merde. Opératrice, que voyez-vous dans votre bidule qui fait de la lumière rouge?

_ Je vois, je vois, je vois… Rien capitaine, je sais même pas comment ça marche, ce bidule, dit la nana bonne à forte poitrine en en combinaison de cuir noire et jaune, moulante avec un col haut tout bizarre.

_ Merde, dit le capitaine en combinaison de cuir noire et jaune, moulante avec un col haut tout bizarre.

(Musique électronique des années soixante, bien stridentes et merdiques)

_ Atterrissons sur cette planète là, devant.

_ Où çà capitaine? On voit rien.

_ Merde…. »

Voilà ma version.

La-planète-des-vampires-Mario-Bava6

En effet, les premières minutes font peur, chier et mal aux yeux. On ne peut pas parler d’effets spéciaux ni de belles maquettes, c’est inexistant. Les décors sont nuls: une paire de grandes pièces à peine meublées en pseudo-décors de vaisseau spatial (j’adore les armoires métalliques de bureaux). Sur la planète, nous noterons la maquette d’un des pieds d’atterrissage du vaisseau car on le voit très souvent. Seule consolation: le squelette d’un alien dans un vaisseau en ruines. A dire comme çà, on se demande bien ce qu’il reste dans ce film, n’est-ce pas?

La-planète-des-vampires-Mario-Bava3

Et bien, on peut saluer le jeu des acteurs qui, malgré le manque flagrant de … Tout, s’efforcent de rester crédibles à force d’imagination. L’histoire est sympathique. D’ailleurs, on peut même retrouver des idées piquées dans de biens meilleurs films de SF. Lesquelles? J’ai bien envie de vous dire de regarder ce film pour les trouver vous-mêmes. Après tout, il est regardable sans problème. Pour ma part, je l’ai apprécié (en vitesse normal de lecture!) à sa juste valeur: un film de SF sans aucune prétention si ce n’est son charme désuet ainsi que son histoire pas si mal tournée.

La-planète-des-vampires-Mario-Bava8

Notons enfin que chez Artus, ils font du bon boulot: une image nette, un son de même et enfin, une présentation super kitsch qui va au film comme un gant.

Allez, parceque ça me rappelle de bons souvenirs d’enfance (merci Eddy), je lui file trois bons virus.

PS: Marc, tu pues!

bof, mais ça passe
bof, mais ça passe

La planète des vampires de Mario Bava (1962, Ita, Esp) Edité par Artus films, avec Barry Sullivan, Norma Bengell….durée 1h28

La planète des vampires – trailer par apparitor

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s