Jupiter Ascending (2015) de Andy et Lana Wachowski par Flow

Cendrillon a encore perdu sa chaussure de verre. Mais cette fois, dans l’espace !

Je n’aime pas le cinéma des frères/sœur Wachowski. Matrix est, selon moi, un des films les plus surestimés de ces quinze dernières années. De la pseudo-philosophie sans relief et des scènes d’action tape à l’œil. Sans oublier deux suites calamiteuses. Bref, je préfère prendre la pilule rouge.

Pourquoi diable suis-je allé voir Jupiter… alors ? La bande-annonce m’avait fait rire (les costumes hum approximatifs). J’aurais mieux fait de m’abstenir.

01

Née sous un ciel étoilé, Jupiter Jones est promise à un destin hors du commun. Devenue adulte, elle a la tête dans les étoiles, mais enchaîne les coups durs et n’a d’autre perspective que de gagner sa vie en nettoyant des toilettes. Ce n’est que lorsque Caine, ancien chasseur militaire génétiquement modifié, débarque sur Terre pour retrouver sa trace que Jupiter commence à entrevoir le destin qui l’attend depuis toujours : grâce à son empreinte génétique, elle doit bénéficier d’un héritage extraordinaire qui pourrait bien bouleverser l’équilibre du cosmos…

Jupiter-Ascending

Jupiter Ascending est mauvais. N’ayons pas peur des mots. Et je ne dis pas ça parce que je n’aime pas Matrix. Non, ce dernier mérite d’être vu et offre un bon divertissement. Tout le contraire de celui qui nous occupe ici. Rien ne fonctionne. Le scénario est au mieux grotesque, au pire stupide (Cendrillon/Mila Kunis récure des chiottes et n’aime pas sa vie. Heureusement, elle manque de se faire tuer et est sauvée par un homme-chien ou chien-homme on ne sait pas trop, qui lui révèle qu’elle est une grande princesse de l’espace. Du coup, sa vie simple lui manque beaucoup… Mais pour se réconforter, elle a un homme-chien. Ouf.). Un résumé non-officiel, mais c’est tout ce que j’ai retenu de cette histoire remplie de clichés (l’élu à une vie de merde, la famille en danger, le méchant qui tue son homme de main car il a échoué et offre une promotion au suivant qui s’en serait bien gardé, etc…).

Bae-Doo-Na-Jupiter-Ascending-800x450

En plus d’un scénario couillon auquel personne ne croit (des acteurs, aux doubleurs en passant par la maquilleuse), les Wachowski ont construit leur film de la pire des manières qu’il soit : de manière répétitive. Il y a trois méchants qui veulent tous quelque chose de Cendrillon. Et bien, elle va les rencontrer les uns après les autres ! La structure est la suivante. Le chien sauve Cendrillon, ils discutent. Cendrillon se fait enlever et visite la maison d’un méchant. Ils discutent philosophie de l’Univers autour d’un bon verre. Le méchant veut faire du mal à notre princesse. Le chien la sauve in-extremis. Puis on recommence jusqu’au méchant en chef. C’est d’un ennui mortel.

Caine_Jupiter

Et quand on s’ennuie, ben on se moque. Et il y a de quoi faire. Les déguisements sont moches (pauvre Channing Tatum), les dialogues piquent les oreilles (toutes les explications scientifiques valent le coup mais pas autant que le moment ou Tatum explique qu’il est un chien et que du coup il ne peut pas être avec une princesse. Elle lui répond alors qu’elle aime les chiens… Hum…). Sinon, il y a Sean Bean. Va-t-il mourir ? Le méchant est doublé de manière très étrange. Ça fait un peu mafieux sous valium. Un éléphant bleu qui barrit traîne également dans le coin ?! Bref, on peut s’occuper mais l’ennui domine.

Bien évidemment, les Wachowski ont toujours un sens aiguisé de la réalisation en ce qui concerne les scènes d’action (malgré le côté toujours aussi tape à l’œil), réveillant ainsi un public endormi. Mais ce n’était déjà pas suffisant dans Matrix, ça l’est encore moins dans Jupiter Ascending.

jupiter_embed_2

Le dernier bébé des Wachowski, retardé de sept mois (on comprend mieux pourquoi aujourd’hui) n’invente pas grand chose et emprunte à d’autres (de Star Wars à Matrix en passant par Gundam). Bref, un peu de tout et beaucoup de rien.

Note:

ça sent mauvais
ça sent mauvais

Bande-Annonce:

Advertisements

Un commentaire

  1. Dans ce déballage de défauts, je ne vois aucune ligne à propos des abeilles ; en ce qui me concerne, c’est ce qui m’a paru le plus niais dans ce film. En tout cas, je comprends cette opinion, ce n’est évidemment pas un grand film, mais en ce qui me concerne, je le répète, j’ai apprécié le spectacle car je l’ai regardé sans a priori, avec un oeil indulgent… et je ne me suis pas ennuyé du tout !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s