The Revenants (2009) – Kerry Prior, par Sékateur

Avant il y avait les séries B, les séries Z, puis le temps du DTV est arrivé, pour tout mélanger, et inventer une nouvelle rubrique : le micro-budget. Cela ne date pas d’hier, Corman et Band sont passés par là ; mais l’informatique, le numérique, Internet, ont permis à ces films de pulluler avec des moyens ridicules. « The Revenant » (avec un s en français) fait partie de cette catégorie.

Votre serviteur adore les films à petits budgets. Souvent inconnus, proposés dans des conteneurs chez la foir’fouilles, ou carrouf parfois, pour 1 ou 2 euros, souvent très très nuls, ils peuvent s’avérer très ennuyeux ou très drôles, c’est selon. Et parfois, certains parviennent à surprendre.

On rend la justice façon Matrix ?
On rend la justice façon Matrix ?

Liste non exhaustive « Slashers », « Zombie Honeymoon » (plutôt axé ciné indépendant, mais il faut que je le cite) « Plane of the Dead », « The Dead » (dans l’ordre hiérarchique!)

Un film à micro budget doit se regarder avec un curseur d’appréciation branché sur « indulgent » car, bien entendu, production fauchée oblige, les décors, effets spéciaux, qualité d’image, rythme et comédiens, fleurent souvent l’amateurisme… voilà qui est dit.

Mieux vaut regarder « The Revenant » avec une grande indulgence. Voire même le comparer avec d’autres DTV de la même catégorie, pour mieux se rendre compte.

Disons-le tout de suite, « The Revenant » est ambitieux. Déjà, il dure 110 minutes, ce qui est excessivement rare pour un film de cette catégorie. Je n’ai pas trouvé le budget sur le net, mais au vu de cette durée de métrage et de la qualité de certains effets, je mise (allez je prends le risque, tant pis si c’est une énorme connerie) pour un budget de moins de 5 millions de dollars. Ce qui reste ridicule pour un film « ambitieux »…

C'est pas un beau maquillage, ça ?
C’est pas un beau maquillage, ça ?

Le scénario est complet, assez déstabilisant dans sa dernière partie (et heureusement) ; c’est sans doute pour ça que le film a tant plu et remporté tant de prix dans les festivals où il a été présenté.

N’empêche, c’est pour moi l’un des gros points faibles de ce long-métrage.

Car même regardé avec indulgence, ce film accumule les scènes foirées et les bons moments, c’est un peu les montagnes Russes !

Allez, le pitch !

Un soldat tué en Irak durant la guerre du Golfe dans des circonstances assez zarb (en fait, il tombe dans une sorte d’embuscade de l’au-delà et se fait fusiller par des soldats à moitié déshabillés – désolé pour le spoiler, mais bon, c’est zarb quand même) revient d’entre les morts et va se réfugier chez son meilleur pote. Ils se retrouvent c’est cool, et décident d’assumer la différence de l’ancien combattant en s’improvisant justiciers. Ensuite, viendra le retour de bâton, pour avoir mal anticipé la portée de leurs actions.

C’est beau l’ambition. Et j’ai déjà eu l’occasion de l’affirmer dans d’autres horizons, l’important dans un film à petit budget, ce sont les idées et le rythme. Quand ça marche, on oublie les moyens, et même bien souvent, la nullité des comédiens. Par exemple « Plaga Zombie : Zona Mutante » (chez Uncunt) – et même le premier « Evil Dead »… bon, j’arrête les comparaisons, c’est cruel pour « The Revenant »

Un connard
Un connard

Car en effet, ok, il y a des idées mais… on les a déjà vues ailleurs, ces idées. Honnêtement, des types immortels qui jouent les justiciers et finissent par dépasser les bornes, ça ne vous rappelle rien ? Il y a tellement de références chez les super-héros que ça frise l’embouteillage. Le fait que ce soient des zombies change radicalement la donne ? Non, c’est pareil.

Je ne dis rien sur la fin, elle surprend un peu. Mais le final sent bon la bêtise, on est vraiment dans un final ultra Z ! Ca peut plaire, je ne discute pas.

Voilà, sans être particulièrement méchant, le scénario n’est pas particulièrement brillant. Mais il bouge. Cela permet au film de conserver un certain rythme, et ça, c’est bien.

Une des rares nanas du film, férue d'occultisme...
Une des rares nanas du film, férue d’occultisme…

Observons le ton général du film. En ce qui me concerne, j’y vois beaucoup de non-sens. « The Revenant » est présenté comme une comédie, un digne successeur de « Shawn of the Dead »… mouais, sauf que 70% du film est hyper 1er degré. Vraiment rien de drôle. Les scènes d’émotion sont très sérieuses (et un peu chiantes car le talent des comédiens est limité) de même que les réflexions existentielles.

Certains moments humoristiques fonctionnent, et à ce niveau le personnage de Bart, l’ancien combattant, propose de belles réparties bien cyniques. D’autres scènes, comme celle du vol de sang dans un hôpital, sont gênantes tellement elles tombent à plat.

Le summum de l’humour, on le trouve au bout de 90 minutes de film, avec une scène improbable, burlesque, dont voici une image. Je n’en dirai pas plus.

Un vocodeur new-âge...
Un vocodeur new-âge…

Donc, même si le film se tient et bénéficie d’un rythme sympa, ces différences de ton d’une scène à l’autre sont vraiment perturbantes.

Parlons des personnages et des acteurs. Je ne dirai pas que les deux persos principaux sont mal écrits. C’est même plutôt l’inverse. Bart, l’ancien combattant est un chic type, un peu démoralisé et cynique, car il a du mal à assumer sa nature de zombie. Il véhicule les meilleurs dialogues, et porte les meilleures scènes sur ses épaules. Donc, gros point fort pour lui. L’acteur s’appelle David Anders. Le meilleur pote, Joey, est joué par Chris Wylde. Le personnage en lui-même, c’est dit dès le début du film, est un connard. Et ça se vérifie. C’est un connard au début, et un très très gros connard à la fin. Le personnage est donc solidement bâti, rien à dire. Sauf que l’acteur ne parvient pas à le rendre un peu sympathique. Du coup, en tant que spectateur, je n’ai ressenti aucune empathie envers lui. J’ai même eu du mal à comprendre l’amitié qui lie Bart à ce type. On ne sait même pas ce qu’il fait dans la vie. Aucun background sur leur rencontre, leur histoire commune. C’est un sale type, et se révélera comme le pire abruti du film, c’est peu dire. Le casting féminin est bien présent, mais autant le dire tout de suite, il ne présente aucun intérêt. Les femmes dans « The Revenant », c’est une donnée facultative. La copine de l’ancien combattant, pourtant bien présente, est tellement invisible à l’écran, que j’ai eu beaucoup de mal à trouver une photo d’elle dans le contexte de ce film. J’ai trouvé bien d’autres photos, autrement, que je vous invite à découvrir par simple curiosité (!). Elle s’appelle Louise Griffiths. L’autre, la copine, s’appelle Jacy King. Voilà pour les femmes, et une photo pour se souvenir d’elles avant qu’elles ne disparaissent totalement de cet article…

La brune c'et la copine de Bart, l'autre la copine de la copine de Bart, et l'autre c'est le connard
La brune c’est la copine de Bart, l’autre la copine de la copine de Bart, et l’autre c’est le connard

Les comédiens jouent tous correctement. Je ne peux pas le nier. Chris Wylde est prodigieusement agaçant, car il en fait des caisses. C’est à mes yeux le comédien le plus limité. Il est parfait en connard, rien à dire, sauf quand dans cette histoire, il s’agit d’amitié, et il aurait sans doute dû nuancer son jeu à minima pour laisser paraître un peu de sentiments envers son pote Bart.

David Anders se révèle donc particulièrement convaincant. Il achève ce film avec brio, dans un dénouement assez cynique, dont je ne dévoilerais rien, si ce n’est une petite image, sorte d’hommage à Barjavel et son voyageur imprudent (oui, j’aime les références qui n’ont rien à voir !)

Une femme peut bien vivre sans sa tête, car après tout, elle ne lui est d'aucune utilité...
Une femme peut bien vivre sans sa tête, car après tout, elle ne lui est d’aucune utilité…

Allez, il faut voir « The Revenant » ou « The Revenants » car c’est un bel effort, porté par une équipe manifestement sympa. Malgré ses défauts, il parvient à se hisser un peu au-dessus de la masse de DTV sans intérêt. C’est déjà pas mal.

Pas mon truc mais recommandable...
Honorable, avec trop de défauts pour convaincre totalement…

Voici le trailer, hyper rythmé, histoire de donner un super bon a priori…

 

 

Publicités

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s