Guide de survie contre « Les Experts », épisode deux, par Captain Calva.

J’ai massacré les séries des Experts à maintes reprises. En vain, c’est toujours diffusé.

C’est pourquoi, à défaut de vaincre la grille des programmes de TF1 (surnommé par mes soins « The Fucking 1 »), je vous propose trois séries alternatives à regarder, aimer, voire dévorer et ce, dans trois registres différents: Super héros, polar et fantastique. Cool non ?

Commençons par le super zéro plus connu sous le nom de Daredevil.

Netflix-Daredevil-bientot-accessible-aux-mal-voyants

Série produite par Marvel et ABC Studios et diffusée sur Netflix, elle met en scène notre ami aveugle Matt Murdock (Charlie Cox), jeune avocat de son état le jour et justicier la nuit dans un moindre état.

On y fait la connaissance de son meilleur ami Foggy Nelson (Elden Henson), de son meilleur ennemi Wilson Fisk (Vincent D’onofrio) entres autres personnages secondaires mais ô combien sympathiques.

Bon, ce qui vous intéresse maintenant:

L’action: Il y en a. De la bonne, carrément bonne d’ailleurs. De la baston de rue comme on en fait peu de nos jours. Les méchants trinquent mais Daredevil aussi. Même le simple homme de main sait enfin se battre. ça se tape, fracasse, saigne, coupe, crève; hallucinant. Quant au caïd, c’est un vrai dingue qui sait se faire respecter à coups de portières dans la tronche (sans spoiler, cette scène est inhabituelle).

Daredevil-netflix-série1

L’intrigue: Même si on se doute que Daredevil va livrer un combat sans merci contre le crime organisé pour remonter jusqu’au big boss, c’est bien achalandé. On s’intéresse à l’histoire qui, à travers d’intéressants flashbacks sur plusieurs personnages, nous amène doucement mais sûrement vers une fin bien comme il faut. Bref, c’est bon et ça fait du bien !

Les personnages: Pas trop nombreux mais bien travaillés. Chacun a le droit à son histoire détaillée. Ils ont donc une profondeur notable et appréciable, surtout concernant les protagonistes dont évidemment Daredevil et Wilson Fisk. A tel point que finalement, on les trouve assez semblables. Et non, ce combat n’est pas manichéen. Et c’est tant mieux !

Daredevil-netflix-série

Bilan: Une seule saison à l’heure actuelle. Le doute planait sur une saison deux mais ô miracle ! Netflix a commandé une nouvelle mouture disponible à priori pour 2016. C’est une excellente nouvelle !

Note: 6/7

excellent, brillant
excellent, brillant

DVD-cover

Broadchurch, de Chris Chibnall, est une série anglaise qui comporte deux saisons.

L’histoire est axée sur la mort d’un garçon, Danny Latimer, âgé de onze ans. Ce fait divers bouscule la communauté de cette petite ville. Et à travers l’enquête de deux flics dont tout oppose, une sergente, Ellie Miller (Olivia Colman), issue du crû et un capitaine dépressif et malade, Alec hardy (David Tennant), venu d’ailleurs, les protagonistes vont se déchirer à grands coups de batte de baseball… Enfin non mais presque.

Broadchurch-saison-1

L’action: Il n’y en a pas. Enfin si peut-être qu’il y a une poursuite à pied un moment mais je ne sais plus trop. Enfin, ça vaut pas la poursuite culte de la cité de la peur au pire des cas.

L’intrigue: là par contre on est servi ! Tout en faisant connaissance avec les différents protagonistes, on se fait joyeusement balader sur des fausses pistes, des culs de sac et j’en passe. Rarement, je me suis fait autant avoir alors que je croyais tenir le bon bout de l’histoire. Et pourtant, je suis assez doué pour deviner les intrigues (tant que ça reste du Batman et consorts, évidemment). Là, je suis recalé. Tant mieux, c’est ce que j’apprécie le plus: être tenu en haleine (fétide) jusqu’au bout. Bravo Broadchurch.

David Tennant, Olivia Colman
David Tennant, Olivia Colman

Les personnages: Tous travaillés. D’assez bien à énorme, on en prend pour notre argent. Qui est le coupable ? C’est le colonel Moutarde avec le pistolet dans les chiottes ! Ah non, zut. Un vrai Cluedo ! Ajoutez des petites larmes au passage lorsque l’on découvre le chemin de croix de certains des protagonistes. Super boulot.

Bilan: Loin d’être ma tasse de thé (haha je suis trop drôle) d’habitude, cette série british distille une intrigue très bien écrite au fil des épisodes. Des bouleversements en cascade mais rien de surfait. Une belle histoire sobre, émouvante et très efficace. La classe à l’anglaise.

Note: 6/7

excellent, brillant
excellent, brillant

La suite?

Penny Dreadful, série anglo-américaine de John Logan.

Penny-Dreadful-Season-2-Poster-800x478

Bon là, ça rigole plus trop. A ma grande surprise et comme j’ai fait pour les séries précédentes, j’ai vraiment trainé avant de cliquer sur « lecture ». Et là, PAF dans ma tronche ! J’ai aimé dès les premières minutes. J’avoue, les ambiances gothiques, j’adore. En même temps, quand on traite de vampires, de loups-garous et autres créatures telles que des Frankenstein, succubes, sorcières, dans le Londres du dix-neuvième siècle, difficile de faire autrement. Quoi si ? Non si on veut respecter les univers conjugués de Bram Stoker et autres Mary Shelley. La seule question que l’on peut se poser est de savoir si la sauce va prendre à tout mélanger comme çà; surtout lorsque l’on a vu l’étron cinématographique: « La ligue des gentlemen extraordinaires ».

Episode 101

L’histoire: Heu…pfou ça va être long. En bref, chaque protagoniste a la sienne. Et l’addition de tout cela donne un combat du bien pas bien contre le mal très mal. Et oui, c’est la mode: le manichéisme disparait au profit de personnages torturés, voire dingues mais qui veulent se repentir ou non d’ailleurs en se battant contre des méchants pires qu’eux. Vous suivez ? Non ? Normal, je suis nul pour expliquer.

Les personnages: Si je parle d’eux, ma vaine explication sera peut-être plus claire pour vous, chers lecteurs assidus (je peux rêver non ?).

Prenons par exemple l’héroïne Vanessa Ives (Eva Green), s’il vous plait. Sorcière adepte de la magie noire (oui de la blanche aussi) et passablement possédée par un démon à ses heures perdues. Dans le genre nana gothique en noir et légèrement dingue, elle est parfaite. C’est Mercredi Adams adulte. Limite cliché d’ailleurs mais ça passe au vu du paysage et des créatures autour desquelles elle évolue. Elle est dans son élément en somme.

Ethan Chandler (Josh Hartnett), cowboy par excellence, il tire plus vite que son ombre; et pas qu’avec son flingue d’ailleurs. Belle gueule, assurance typiquement yankee, il semble être invulnérable. Mais des surprises vous attendent avec ce bonhomme. Probablement mon personnage favori. Le physique de beau gosse sûrement.

Dreadful2

Sir Malcolm Murray (Timothy Dalton) est le vieil aristocrate anglais. Prêt à tout fut un temps pour la gloire, voire de sacrifier son propre fils pour nommer une montagne, aujourd’hui il tente de rallier à sa cause les autres protagonistes dans sa croisade pour retrouver sa fille disparue. Détail amusant, cette dernière s’appelle Mina… Harker. Et oui, cela ne vous rappelle rien ? Cherchez donc.

Dorian Gray (Reeve Carney) est le fameux aristocrate qui a vendu son âme au diable via un auto-portrait peint mais qui a tendance à se changer en bête immonde au fur et à mesure du temps qui passe et des actes négatifs perpétrés par ce dernier au fil du temps. Une sorte de Karma sous forme de peinture. Bref, celui là, il ne pense qu’à baiser tout ce qui passe. Amusant au début, il finit par être un peu chiant. Heureusement, cela s’arrange en deuxième saison.

Dr Victor Frankenstein (Harry Treadaway) est celui qu’on ne présente plus. Véritable réanimator, il est capable de ressusciter un dinosaure de 100 tonnes avec un os piqué au British Museum, une bobine Tesla et de l’opium pour tenir le coup. Trop fort le mec. A part çà, il joue un rôle double puisqu’il aide l’équipe tout en devant gérer ses créature réanimées complètement tarées. Excellent.

Il y a bien d’autres personnages sur lesquels on pourrait se pencher dont le superbe majordome Sembene (Danny Sapani), les deux « Frankenstein », les méchants, etc… Mais ça va faire trop. Et je ne suis pas payé pour faire çà. (Quoi Bruce ? Oui oui j’aime être dans l’équipe de la pelloche…). Blagues à part, c’est bien ces séries qui prennent un soin particulier à créer des personnages profonds.

Dreadful3

L’action: Il y en un peu. Pas beaucoup mais quand ça arrive, ça gicle, ça coupe, saigne, tronçonne, pète. Miam ! Et puisque les effets spéciaux sont d’excellente facture, que du bon.

L’intrigue: Oulala ! Heu tout se base sur les personnages et leur ambivalence respective. A vous de découvrir.

Bilan: Une superbe série très bien ficelée. Une histoire intéressante, des acteurs top moumoute, des décors magnifiques en intérieur, sombres et oppressants en extérieur, de très beaux costumes, que dire de plus ? Ah oui, il est de mon devoir de vous prévenir que cette série comporte de nombreuses scènes de cul!

excellent, brillant
excellent, brillant

Et c’est ici que se termine ce guide de survie contre les Experts, série que j’abhorre bien que je comprenne qu’elle plaise à d’autres. Quoi qu’il en soit, vous voila avec plusieurs dizaines d’heures de programmes vraiment sympathiques avant de sombrer à nouveau et regarder the fucking one !

Publicités

2 commentaires

  1. Autant je suis d’accord avec toi sur Broadchurch que j’ai vraiment aimé (plus la première saison que la 2nde qui multiplie les sous intrigues un peu inutiles), autant sur Daredevil je m’inscris en faux.

    On m’avait survendu le truc et j’en attendais monts et merveilles et on en est très loin. Si je n’espérais pas qu’elle atteindrait le niveau de Game of thrones ou True Detective, j’espérais au moins que ce serait largement supérieur à l’autre série Marvel Agent du Shield.

    C’est au dessus mais c’est pas non plus une bonne série. Déjà ça lorgne trop sur les Batman de Nolan en cherchant à jouer la carte réalistico-mature assez chiante, les acteurs sont franchement bofs (surtout le Murdock gamin qui est à taper), l’histoire à une timeline chelou donnant l’impression qu’en 3 nuits on découvre le caid, son identité, ses failles et faiblesses et qu’il se fait (stop pas de spoil). Bref là série avance beaucoup trop vite avec une mauvaise gestion de son tempo, On te tease une menace invisible pendant 2/3 épisodes et pouf tout est révélé un épisode plus tard..

    Les scènes de baston ne m’ont pas non plus emballé plus que ça, bref c’était loin d’être la folie

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s