Le petit prince de Mark Osborne (2015) par Marc Shift

C’est bientôt la rentrée, et une petite fille parmi tant d’autres postule dans une école d’exception où se retrouve l’élite de la société. Au grand désespoir de sa mère elle échoue, mais il reste une solution pour intégrer cette prestigieuse école : le déménagement. Et il se pourrait que ce déménagement entraine des conséquences inattendues….

le-petit-prince-poster-affiche

Aseptisation?

L’univers du Petit Prince, en général, me plait beaucoup. J’aime l’oeuvre de Saint Exupéry, l’esprit qui s’en dégage, une certaine philosophie aussi simple que complexe, et une qualité d’écriture à faire pâlir quantité de pseudo écrivain.

Le-petit-prince-film-movie5

J’ étais donc assez content d’emmener mes filles voir le petit prince plutôt que « Les minions ». D’ailleurs ce sont les même qui râlent contre l’éducation qui se barre en couilles et qui amène leurs gamins voir les « minions »…enfin là n’est pas le sujet. Et j’ai bien fait d’y aller avec elles, car le film, en plaçant une héroïne au coeur du récit leur est en partie adressées. Mais pas que.

Comme l’oeuvre littéraire, le film s’adresse aux filles, aux garçons (moins mais suffisamment), aux parents, aux grands-parents…. Il est amusant, il garde une capacité à faire rêver, peut être même à réagir. Donc en ce sens, je le trouve fidèle à l’esprit du livre, même s’il n’en a pas tout à fait la portée.

Le-petit-prince-film-movie4

Le film s’ouvre sur une séquence nous peignant un monde ultra formaté, où rien ne dépasse, où visiblement l’enfant n’existe que pour le travail, l’étude, pour la réussite professionnelle. Il doit rentrer dans un moule, celui de la société, et pas un autre. Ce monde n’a que faire de son imagination, de sa personnalité. Caricatural ? Oui un peu, mais le monde décrit peut faire penser à ce qui se passe en Corée du Sud (enfin, ce qu’on nous en montre…), avec des gamins bossant de 8h à 21h quasi non stop pour avoir un bon boulot. Bref c’est l’enfer.

Le-petit-prince-film-movie6

Mais cette petite fille échoue au test, et sa mère n’a d’autre solution que le déménagement pour avoir accès à cette école formant les élites, car comme tous les parents, elle n’aspire qu’à une chose : ce qui ce fait de mieux pour son enfant. Mais elle est obligé de prendre un pavillon anonyme à côté d’une immonde bicoque qui tombe en ruine, bicoque d’un obscure aviateur.

J’ai vu, de ci de là, que ce film est aseptisé. Je ne trouve pas qu’à l’origine le petit prince soit un brûlot contestataire, écrit pour mettre à feu et à sang la société établie. Il peut faire réagir. Ou pas. Certes le film est sans doute moins profond, il ne joue pas la carte de la sur-enchère visuelle, mais aseptisation non pas vraiment.

Le-petit-prince-film-movie3

Surtout que visuellement, c’est une belle réussite. Les images de synthèse, technique aujourd’hui ultra répandu, sont assez classique (très grands yeux, texture lisse….). Y sont ajoutées des animations papier en 3D d’un superbe effet, animé en image par image (technique que j’adore), une vrai réussite. L’histoire est bien écrite, on ne voit pas le temps passer (enfin pour les plus de 5 ans, ça dure quand même 1h46).

Un film qui permet qu’on se questionne sur ce qui nous entoure, ça reste suffisamment rare, pour qu’on ne boude pas son plaisir quand on en trouve un, drôle, sympa….bref réussis.

un bon film
un bon film

Le petit prince de Mark Osborne (2015, Fra) Musique Hans Zimmer. Avec les voix d’André Dussollier, Florence Foresti, Vincent Cassel, Guillaume Gallienne….durée 1h46

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s