Mister Babadook, de Jennifer Kent (2013) par Sékateur

J’ai lu ici ou là que « Mister Babadook » était un chef-d’oeuvre couronné par de multiples prix prestigieux, je me suis senti tout péteux à l’idée d’en produire une critique… Un film aussi bien vu devrait me rallier à sa cause, car moi, j’aime ça le cinéma fantastique…

Loin de moi l’idée de contester les prix décernés par le festival de Gérardmer, dont j’ai la plus grande estime (même si j’ai de moins en moins de motivation pour m’y rendre…) mais vraiment, pour faire autant d’éloges à un tel film, la sélection ne devait pas être prodigieuse.

« Mister Babadook » n’est pas un mauvais film, loin de là. Il est plutôt bon dans son genre. Bien réalisé, bien joué (encore que… mais j’en parlerai plus tard), bien produit, il a de la tenue, du « standing », c’est une évidence.

Babadook 3

À titre personnel, j’ai préféré l’approche humaine de l’histoire, plutôt que la surnaturelle. À mes yeux, le thème se prêtait à une ambiguïté, entre imagination débridée et réalité… La nuance aurait profité au concept de ce film, j’en suis certain…

Maintenant, il fallait faire spectaculaire, alors ok… Je n’en dirais pas davantage…

Le scénario est assez classique, voire très très très classique, et ne s’échappe jamais vraiment des carcans imposés par ce style d’histoire, très formatés, très convenus. Bordel ! Ça doit être trop compliqué de faire remuer le grumeau avec des personnages truculents, des univers un peu moins classiques, des lignes de dialogues un peu moins plates… l’ennui n’est jamais loin…

Babadook 2

Je dois l’avouer, j’ai un gros problème avec l’actrice principale : Essie Davis. Avant même de consulter Wikimachin, j’étais certain qu’il s’agissait d’une comédienne de théâtre… Ça n’a pas loupé, c’est même une shakespearienne… J’ai les mêmes symptômes avec André Dussolier, Francis Huster, ou encore, Thierry Frémont… Ce sont certainement de très grands acteurs, mais à mes yeux, ce sont juste de gros nazes… Alors, la petite dame qui campe la maman de Samuel est juste pitoyable, et ce dès la première image où elle s’effondre sur son lit…

Pas évident d’être objectif avec de tels a priori… et d’ailleurs, je ne prétends pas l’être…

Le scénario est très basique, et n’apporte rien au genre. Pour expliquer l’engouement général, il faut donc s’appuyer sur l’interprétation et la mise en scène. Honnêtement, pour les deux derniers items, c’est le haut du panier. Je n’aime pas l’actrice principale, soit, mais le gamin est génial. Parfait en moutard psychotique, geignard, gueulard, il évolue presque au rang de chef de famille, car la maman est moyennement fiable… bravo à lui, je pense que c’est le personnage qui m’évite de coller une grosse poubelle à ce long-métrage…

Babadook 1

Je n’ai pas été convaincu par l’excellence des éléments entourant les qualités intrinsèques du film, alors pour donner une note, je suis nécessairement obligé de me référer à mes propres valeurs…

… (quoi ?)

 

Franchement basique

 

 

Advertisements

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s