007 Spectre – James Bond de Sam Mendes (2015) par Etienne Kraft

Un message cryptique venu tout droit de son passé pousse Bond à enquêter sur une sinistre organisation. Alors que M affronte une tempête politique pour que les services secrets puissent continuer à opérer, Bond s’allie avec la fille d’un ancien ennemi, Madeleine Swann, afin de découvrir la terrible vérité derrière… le Spectre.
spectre james bond 007 daniel craig bellucci
Le plus grand fan de James Bond que je connaisse (et en plus c’est mon frère!!) s’invite sur La Pellicule Brûle (c’est pas vrai, je l’ai agressé pour qu’il nous fasse la critique car Môssieur l’a vu à Londres!!!) pour venir parler de son héros préféré:
« Far up, far out, far more ! » disait l’affiche du film ‘Au service secret de sa majesté’
Et bien oui mais…
film movie bane-annonce james bond 007 spectre daniel craig bellucci
Le 2ème film de la franchise réalisé par Sam Mendes était attendu comme le plus grandiose. Il est en fait un réel Bond d’autrefois. Le renouveau débuté avec Casino Royal prend fin. Une révolution ne dure pas 10 ans ! Déjà 10 ans que le 1er épisode avec Daniel Craig est sorti. Que le temps passe !
Spectre entre dans une dynamique déjà rodée: un acteur et un scénario qui fleure bon les années 60. Ici, on oublie le James mal dans sa peau, le James sans gadget, le James en vieille bagnole, en somme le James 2006 à 2013. Bonjour les répliques qui sentent la punchline bien sentie, la dernière Aston Martin avec lance flamme arrière, l’assurance d’un homme qui ne craint rien et la chance qui caractérise ses actions. Nous entrons définitivement dans un film de la saga avec tout ce que cela comporte !
SPECTRE est assurément plus beau, plus fort, plus grand que les précédents, mais ce n’est pas pour autant meilleur que SKYFALL. Quand ce dernier, intense, nous prenait aux tripes alors que notre héros était malmené, nous n’avions qu’un doute: comment faire mieux après ? Voilà toute la problématique de BOND 24.
film movie bane-annonce james bond 007 spectre daniel craig bellucci 
Alors certains vous diront que cet épisode est fantastique, généralissime et flamboyant. C’est vrai. Et les autres diront que ce n’est pas le meilleur, que les filons étaient rouillés. C’est vrai aussi. On fait rarement mieux la deuxième fois. Mais là où Quantum of Solace a péché, SPECTRE a réussi. Mendes étant un grand fan du personnage de Ian Flemming, il a su y apporter les éléments qu’il fallait pour établir un film réussi digne de la franchise.
La scène d’entrée, ou devrais-je dire le plan séquence introductif, offre les 4 premières minutes les plus grandioses de la série à mon sens. Tout dans ce pré-générique donne l’envie de dire oui à Sam Mendes pour un 3ème film (ce ne sera pas le cas, l’intéressé ayant refusé). Un travelling époustouflant suit James Bond dans une rue de Mexico pendant le Jour des Morts -fête mexicaine célébrant les morts et dont le décor est inspiré par le film Vivre et Laisser Mourir, le bond préféré du réalisateur. Ce plan nous amène, au rythme des pas de Bond dans l’immense foule, à l’intérieur d’un hôtel puis sur ses toits. Musique, ambiance de la foule, costumes, plans de face, plans de dessus, plans de derrière, changement de point de vue, marche, accélération, dialogues, TOUT est superbe dans ces 4 minutes ! 
Mais que dire de la suite !? Après une explosion surprise et une course poursuite à pieds, James affronte l’homme pris en filature… en hélicoptère à 5-10m au dessus de la foule !
Comme à son habitude, notre espion s’en sort mais ce n’a pas été du gâteau. Et paf, générique.
film movie bane-annonce james bond 007 spectre daniel craig bellucci
Dans la même veine que Skyfall, la chanson thème et l’esthétique du générique sont léchées. On aime et on ne boude pas son plaisir de voir ces filles onduler pendant qu’elles sont enlacées par les tentacules de pieuvres (symbole de l’organisation nommée Spectre).
SPECTRE… un titre éloquent qui fait référence à la fameuse organisation visant à contrôler le monde dans les films d’antan (sous Sean Connery et Roger Moore). Ce titre laisse donc penser que ce nouvel épisode sera pour sûr empreint d’un retour au sources. C’est ainsi que l’heure post générique d’entrée est un enchaînement d’enquêtes et de poursuites visant à déceler la manigance du grand méchant. Possédant quelques longueurs, cette partie possède l’avantage d’une photographie maîtrisée et d’une mise en scène que l’on appréciera pour sa sobriété. Ne nous cachons pas, cette heure est complexe -on ne sait pas trop où veut en venir le scenar – et présente que quelques intérêts. Nous resterons sur notre faim notamment quant à la scène de poursuite dans la montagne Autrichienne, sans réelle originalité.
film movie bane-annonce james bond 007 spectre daniel craig bellucci
Dans la seconde heure, le méchant connu et incarné par Christopher Waltz joue le jeu du puissant et contrôle les faits et gestes de Bond. Il imprime le film par son machiavélisme simple et son côté posé. Docteur No est très sûrement une inspiration pour ce personnage qui ira même jusqu’à porter une veste col Mao comme le célèbre méchant bondien. Pour ne pas s’arrêter à cette seule inspiration, les répliques de Waltz sont franchement référencées par Goldfinger avec notamment « Pourquoi êtes vous là Monsieur bond ? – Pour vous tuer. – Je croyais que vous étiez venu pour mourir ! » (Dans le film de 1964:  » Do you expect me to talk ? – No Mister Bond, i expect you to die !). Enfin, pour clore les comparaisons et inspirations, notre méchant campé par Waltz se paye même le luxe d’être défiguré et d’arborer une cicatrice à l’oeil, comme Le Chiffre dans Casino Royale).
je ne vous parlerai pas de Daniel Craig, son implication et son jeu n’ayant pas changé d’un poil depuis le dernier opus. Il fait toujours mouiller les fans.
Niveau James Bond Girls, Bellucci est trop vite éludée pour mériter une analyse, quand bien même son jeu est juste et n’aurait pu être confié à une autre. Concernant la française, encore une, il s’agit de Léa Seydoux. Personnellement, j’ai tiré la tête en apprenant sa participation, pour ne jamais avoir réussi à l’apprécier (son toutim et son ingratitude envers Abdellatif Kechiche, réal de La vie d’Adèle, m’avait exaspéré). Là, il faut reconnaître qu’elle assure son rôle parfaitement. En tant que fille seule, ayant perdu son père, touchée par une enfance malmenée et aux mains d’un homme fort et protecteur, Léa affiche une aisance et une justesse que je n’attendais pas. Bravo ! 
film movie bane-annonce james bond 007 spectre daniel craig bellucci 
Je ne révélerai pas la tension et l’intérêt de la dernière demi heure: notre attente est comblée, même si l’intérêt du film ne tient pas là. 
 
Vous l’aurez donc compris, ce Bond est excellent sans être révolutionnaire, d’un esthétisme parfait sans non plus réinventer la photo, divertissant à souhait et respectant le cahier des charges de la saga. Les fans adoreront, les néophytes ne regretteront pas le prix du billet ! Perso, j’y retourne ce soir !
 
excellent, brillant
 
Publicités

3 commentaires

  1. Je suis d’accord avec toi, la révolution Casino Royale est terminée. Mais en ce point réside le plus gros défaut de Spectre: cette Révolution n’a amené que le retour du Bond d’avant le premier opus avec Craig. Je trouve que c’est du gâchis.
    A part ça, oui, il est cool (bien qu’un peu long), c’est un bon film d’action. Mais c’est tout…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s