Les larmes du soleil d’Antoine Fuqua (2003) par Bruce Kraft

BRUCE WILLIS MANGE DU CÔTE D’OR.

Dans un Nigeria plongé en pleine guerre civile à la suite de l’assassinat de son président, l’armée américaine évacue ses derniers ressortissants parmi lesquels le Docteur Lena Kendricks qui dirige une équipe humanitaire.

Lorsque l’équipe du Lieutenant Waters veut emmener Lena, celle-ci refuse de partir sans les villageois. Désobéissant aux ordres, le commando emmène le groupe de villageois lorsqu’ils se rendent compte qu’ils sont poursuivis par un groupe de rebelles.

larmes-du-soleil-2003-aff-04-g

J’adore les films de guerre mais j’avoue que je passe facilement à côté des films de guerre qui se déroulent en Afrique. Alors j’entends déjà votre (oui vous tous, les lecteurs réunis) douce mais violente mélopée: C’est quoi son problème? Il est raciste? Si c’est ça je vais lire Première!!

Et vous n’auriez pas tort!! Non, pas que je sois raciste, mais que vous alliez lire Première!!

tearsofthesun_p6.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Non, la raison est toute simple: l’univers de la guerre en Afrique ne me plaît pas. Il y a bien quelques films que j’adore comme La Chute du Faucon Noir (essentiel d’ailleurs), Blood Diamond (qui n’est pas à proprement parler un film de guerre) ou Zoulou (1964) mais ça s’arrête là.

Du coup, ça fait 12 ans que je tourne autour…et puis c’est arrivé: je l’ai vu!!

Juger Fuqua sur ses films c’est toujours un peu délicat: réalisateur sérieux, soigneux et sympathique, il possède toujours cette volonté de faire des « blockbusters réalistes » et du coup c’est toujours difficile de le casser alors que la démarche est sincère. Du coup, j’ai cette impression que tout le monde du cinéma l’aime bien sans vraiment aimer ses films.

Avec Les larmes du soleil c’est encore le cas.

larmes-du-soleil-2003-11-g

Beaucoup d’action et un petit peu de réflexion sont encore les ingrédients. J’avoue que j’ai d’ailleurs pensé que le film ne serait pas porté sur l’action jusqu’à la 20ème minutes où je pensais dur comme fer que ce serait du Blood Diamond.

Et puis le film a basculé vers le film de guerre vraiment crédible, mélangeant scènes choc et moments chargés d’émotion. Fuqua livre sans état d’âme un tableau d’un Nigeria ruisselant du sang et des souffrances de son peuple agonisant sous le poids des guerres incessantes qui ravagent le pays. Au milieu de tout ça le couple héros, bien incarné par Willis et Bellucci, se rencontre et s’apprivoise, l’un est militaire, l’autre médecin, le premier doit la sauver, elle veut sauver les victimes, l’un ne croit plus en son job, l’autre conserve foi en ce qu’elle fait.

larmes-du-soleil-2003-14-g

C’est beau et horrible, c’est touchant et révoltant. Et puis….

Fuqua nous refait basculer dans un autre type de film de guerre: le héroïque pas crédible. Mince!! Nous sommes embarqués dans un autre film de Fuqua: Shooter, tireur d’élite!! Héroïsme débordant, sacrifice des uns et des autres (beau casting des hommes de Willis!!), musique épique, c’est l’Amérique qui agonise dans un duel mortel à 250 contre 7 et….c’est presque ridicule!! Franchement j’ai rarement vu quelqu’un plomber son film aussi près de la fin.

tearsofthesun_p2.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Pas que j’aurais mis la note maximale si il l’avait traité d’une autre manière mais là franchement c’est déconné. Fin typiquement américaine pour un film de guerre qui aurait pu être grand. Fuqua je te déteste!!

note-3

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s