Unfriended (2013) de Levan (ou Léo) Gabriadze, par Sékateur

Au commencement, il y eut « Le Projet Blair witch » et son found footage forestier efficace, basé sur un scénario astucieux. Puis il y eut toute une ribambelle de films basés sur la même technique. Le filon s’épuisa (même s’il en reste), alors on passa à autre chose. « Paranormal Activity » sortit, puis ses suites, et démontra qu’on pouvait susciter des émotions au-delà de la caméra subjective. Une caméra fixe suffisait !
On pensait que le public se lasserait. Peut-être s’est-il lassé, d’ailleurs, mais pas les producteurs. Alors ils allèrent plus loin. Au-delà des conventions, au-delà du cinéma… et ils accouchèrent de « Unfriended… »

Pas facile. Non, pas facile de chroniquer un long-métrage comme « Unfriended. »

Étant quadragénaire, je ne peux pas comprendre. C’est trop pas dans ma vibe, si tu veux. C’est un film que les plus de vingt ans ne peuvent pas admettre… Bon, au prix d’un effort incommensurable, j’ai tout de même fait l’effort. Ouais, j’ai finalement un peu saisi le concept. En tout cas, j’ai vraiment pigé l’objectif des producteurs… (en même temps, c’était pas sorcier…)

« Paranormal Activity » fonctionnait grâce à un concept « vidéos. » Pour situer l’action (pour ceux qui ne connaissent pas), ce film consistait à suivre des activités paranormales (d’où le titre) par le biais d’une caméra de surveillance fixe, et de susciter la trouille par une longue série d’événements banals, entrecoupés d’effets spectaculaires inattendus. Cela a rondement fonctionné, suffit de voir les chiffres du box-office pour s’en convaincre (même si… euh… bon, bref !) et le nombre de suites, dont la dernière a encore été diffusée au cinéma. Tandis que d’excellents films finissent en DTV, « Paranormal Activity 5 » est sorti en salles. Ouais. Si c’est pas un succès, je ne sais pas ce que c’est.

Avec « Unfriended », les producteurs franchissent une étape supplémentaire. À vrai dire, ce n’est même plus un film. Cela ressemble davantage à une vidéo Youtube. Pourquoi pas. Suffit d’accepter la chose pour ce qu’elle est.

Le found footage trahissait déjà beaucoup les techniques traditionnelles du cinéma. On lui reprochait de rendre vomitif le visionnage, car l’image bougeait trop. En contrepartie, en tout cas, c’est mon idée, il offrait une nouvelle façon d’immerger le spectateur dans l’action. Et proposait une palette de points de vue réalistes sympas pour y intégrer des effets. Faut en avoir vu un certain nombre pour comprendre que dans certains contextes, cette technique a été particulièrement pertinente.

Le système de caméras de surveillance a enfoncé le clou, ne faisant reposer l’action que sur la mise en scène et les effets spéciaux. L’image est fixe, et mis à part l’ennui (pour ma part), il n’y a pas grand chose à en dire… Si ce n’est, je le répète, la parfaite inutilité de l’affaire… Mais c’est subjectif, le public semble avoir apprécié.

Avec « Unfriended », on est de la première à la dernière minute devant l’écran d’un PC. Et plus précisément devant le logiciel « Skype » – ce dernier étant clairement cité.

C'est vraiment une image tirée du film, si, si, si...
C’est vraiment une image tirée du film, si, si, si…

Ce n’est plus du found footage, ce n’est plus de la caméra fixe, c’est carrément du filmage d’écran de PC. On va dire que c’est un concept assez ultime. Donnera-t-il naissance à une nouvelle vague de like-it ? J’en sais rien. J’espère que non, même si tout n’est pas à jeter dans ce long métrage.

Une fois le concept admis et ingurgité, même si c’est difficile, on peut enfin se plonger dans la vidéo et apprécier à sa juste valeur la technique du réalisateur pour distiller les indices de son intrigue. Faut bien s’accrocher à quelque chose. J’avoue humblement avoir trouvé la chose moins chiante que « paranormal activity » (on compare avec ce qu’on peut) car au final, le système d’échange entre les personnages est plutôt bien foutu, et les dialogues plutôt réalistes (au pire sens du terme, qu’on se comprenne bien.) Les différentes fonctions du logiciel (Skype pour ceux qui ont suivi) sont bien mises en avant, et utilisées avec pertinence. C’est pas mal foutu, vraiment.

Celle par qui tout commence...
Celle par qui tout commence…

Ce long-métrage est clairement ciblé sur la génération des moins de vingt piges, et plus précisément les accros de l’I-Pod, des réseaux sociaux, bref, la génération NRJ12. Les techniques vieillottes du cinéma, c’est pas pour eux ! Nan, mais allô, quoi ! Des travellings, des zooms, des contre-plongées, des fondus, oh, pis quoi encore, c’est pour les boloss tout ça !

C’est peut-être nul pour le commun des mortels, mais mettez-vous à la place des producteurs deux secondes.
Ce film a coûté 1 million de dollars (en tout cas, j’ai trouvé ce chiffre sur le net) et aurait engrangé plus de 30 millions de recettes.
À leur place, vous trouveriez la chose absurde ?
Moi pas.

Finalement, le plus gênant dans ce film conceptuel plutôt bien gaulé, malgré ses limites, c’est le scénario. Tout repose sur la technique de réalisation, pour le reste, c’est une banale histoire de PC hanté. C’est bien fait, mais honnêtement… Si votre PC, votre télé, ou tout autre appareil électrique vous joue des tours, vous menace, vous colle les pétoches… ne serait-il pas judicieux de débrancher la prise ? Je dis ça… On s’adresse à un public qui est incapable d’appuyer sur « off », passons…

Au milieu de l'écran, nous voyons le mystérieux avatar spectral, impossible à exclure... tin, tin, tin...
Au milieu de l’écran, nous voyons le mystérieux avatar spectral, impossible à exclure… tin, tin, tin…

Bien joué. Le réalisateur de cette chose s’en tire avec les honneurs, car même un quadra, certes très très indulgent, a pu y trouver un semblant d’intérêt. Chapeau.

Cela dit, ça reste quand même de la merde…

Vidéo youtube un peu longue
Vidéo youtube un peu longue
Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s