Les folles aventures de Max et Léon, du Palmashow (2016), par Sékateur

Deux amis, que dis-je, deux frères, originaires de Mâcon, sont bien malgré eux entraînés dans la seconde guerre mondiale. Soucieux de sauver leur pays leur vie, ils vont se retrouver propulsés à travers le monde en tant qu’espions, pour le compte d’intérêts qui les dépassent…

Le Palmashow réalise enfin son premier film. Va-t-il se payer un four comme tant d’autres productions « made in humoristes », par exemple Eric&Ramzi, Ellie&Dieudonné, et autres ? Allez savoir.

En tout cas, ils restent fidèles à leur humour initial, ce qui est sans doute une bonne chose.

max-01

Max et Léon sont deux amis d’enfance, déposés dès leur plus jeune âge au seuil d’une église. Elevés par un philosophe à deux balles, ils vont développer un goût certain pour… le farniente. Branleurs, bons à rien, oisifs, ainsi pourrait-on les qualifier.

L’un est beau gosse, coureur de jupons. L’autre est maladroit, bigleux, et ne parvient jamais à conclure. Classique, mais efficace.

Dès que la guerre de 39 est déclarée, ils cherchent à se faire réformer, normal. Sauf qu’ils sont vraiment trop cons. Alors les voilà soldats, à Charleville-Mézières…

max-02

Le scénario est très mouvementé, passant de la ville sus-mentionnée à Londres, en passant par la Syrie… oui, on ne recule devant rien niveau actualité… Quel que soit l’endroit, l’humour reste très léger, toujours en décalage avec la noirceur des événements décrits. C’est la marque, à mes yeux, d’une comédie intelligente. Ok, ça ne foisonne pas de neurones au niveau du script, mais justement, si de nombreux écueils sont évités, compte tenu du contexte, c’est bien qu’il y eut une intense réflexion sur ce qu’il fallait montrer ou ne pas montrer. Je reste donc sur le terme « intelligent »…

Le scénario, sans être renversant, propose au spectateur l’essentiel : du dépaysement, de l’action, du rythme, des personnages sympas (et moins sympas)… à ce niveau, on en a pour son argent.

max-03

Tout en s’inscrivant dans un humour sans patriotisme primaire, sans morale à la con, le film parvient à diffuser une humanité certaine, au travers de personnages un peu égoïstes, un peu lâches, un peu comme nous (avouons-le !) qui ne prendront des risques que pour de très bonnes raisons… l’une des raisons étant les yeux bleus d’une mignonne petite gamine.

Ok, la gamine, c’était pas nécessaire. Dans le cinéma français, dès qu’on veut inspirer une émotion palpable, on utilise un gamin ou une gamine. Les exemples sont nombreux ; je citerai au hasard les fugitifs (c’est le seul qui me vienne à l’esprit à cet instant, et c’est un compliment…)

En tout cas, pour les beaux yeux de la gamine les deux guignols vont faire preuve d’une certaine bravitude. Toute proportion gardée…

max-04

Ok, le jeu d’acteurs est très estampillé « comédie » avec des acteurs qui surjouent à fond, pour le plaisir, ou l’exaspération du spectateur. Pour le reste, c’est rondement mené. Les deux joyeux drilles du Palmashow font ce qu’ils savent faire. C’est-à-dire nous entraîner dans des situations simples à comprendre, pour mieux nous faire rire avec des actions décalées. Ils n’ont pas inventé la poudre, mais au moins, ils nous épargnent le mauvais goût de certaines productions récentes. Le film se suit gentiment, avec un plaisir certain, les gags étant pour la plupart réussis, et ceux qui foirent, sont rattrapés par la logique de l’histoire. Les changements de décors sont nombreux, mais pour ma part, je n’ai pas eu l’impression de passer d’un sketch à l’autre. Le fil rouge de l’intrigue tient la route. C’est important à souligner.

Rien de fabuleux à l’horizon, ni rien de honteux. La Folle histoire de Max et Léon représente ce que fait de mieux la comédie actuelle, à savoir un spectacle bon enfant, sympa, léger, osant s’aventurer dans une époque difficile, avec de nombreux clins d’œil adressés à la France d’antan (compromission, retournage de veste, délation) tout en restant très fantaisiste. Une vraie prouesse. À situer entre La Grande Vadrouille et les Bidasses en folie, il en possède le charme et l’absurdité. Du moins, à mon avis…

Une bonne comédie drôle et légère...
Une bonne comédie drôle et légère…
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s