Baahubali: The Beginning, 2015 de S. S. Rajamouli, par George Abitbol

En Inde, la vie du futur héritier au trône du royaume du Mahishmathi est menacée par des conspirateurs. Heureusement, une des dames de la cour, parvient à le sortir du palais. Blessée et poursuivie par les gardes, elle arrive jusqu’au pays voisin. Vingt ans plus tard, le jeune prince nommé Shivudu est devenu un homme courageux et fort, doté d’une âme noble et généreuse, ignorant tout de ses origines.

mv5bztnknzc5zwmtody0ms00ytczlwjhmwytzdrjzjrindi3ytbmxkeyxkfqcgdeqxvyntm3ndi3mzq-_v1_

Voilà donc à quoi ressemble un film made in Bolliwood. Pour être honnête avec vous c’est le premier film indien que je regarde, et je ne connais pas grand chose sur leur culture, mis à part les trucs classiques. La bouffe végétarienne épicée qui donne envie d’aller au toilettes plus rapidement qu’un mac do, le respect pour le règne animal qui fait que leurs villes se retrouvent remplies de bestioles à chaque coin de rue et bien entendu, leurs dieux bizarres à tête d’animaux sûrement créé par un type sous acide.

Il faut donc bien avouer que la réputation des films tandoori ne plaide pas en leur faveur, du moins à mes yeux. Entre les mecs à moustache « CUIR », les danses et les chants toutes les 5 minutes et leur façon de surjouer, fait que je n’étais pas très motivé pour le regarder.

247113

Mais, dans le but de découvrir un autre cinéma et d’améliorer mes connaissances cinématographique je me suis donc lancé. Quoi de mieux alors, pour débuter que de regarder le film considéré comme l’un des films les plus rentables du cinéma indou.

Et à mon grand étonnement j’ai pris une grosse claque, car oui les clichés sont tous bien présents comme je disais plus haut mais, au final si on arrive à se prendre au jeu, le résultat et assez intéressant et quoi que légèrement déroutant.

 

Ces types sont complètement malades, ils osent tout et ne possèdent aucunes limites dans leurs mise en scène, leurs cascades, leurs danses endiablées, leurs scènes d’actions complètement WTF et sans oublier tous ces personnages haut en couleur qui frisent parfois le ridicule.

baahubali-2015

chouchou beignets qui veut des . . .

Et oui, ça fait plaisir de voir un genre cinématographique complètement libre de toutes les contraintes habituelles du cinéma.

 

Certes le scénario reste assez classique mais la vraie nouveauté ici c’est le gros bol d’air que nous apporte ce film, je le conseille donc vivement aux gens qui désirent voir une autre approche du cinéma mais, attention il faudra pour cela laisser de côté vos habitudes  européennes et se laisser porter par une belle nouveauté.

plaisir-coupable

Baahubali: The Beginning, 2015 de S. S. Rajamouli durée 2h39

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s