Les cavaliers du crépuscule, de George Templeton (1950), par Sékateur

« Les cavaliers du crépuscule » évoluent dans ce film plutôt en plein jour. Les couleurs et les beaux paysages en attestent. C’est notable. D’ailleurs l’aspect coloré se retrouve également dans les costumes. Quoi ? On s’en fout ? Ok, si vous voulez.

Pour la petite histoire, ce film est un western. Il y a des cavaliers, certes, mais surtout, des meurtres. Un cow-boy est retrouvé assassiné dans les fourrés. Le proprio du ranch où il bossait est bien embêté… Et voilà qu’un sale type, célèbre pour son irrespect pour la loi, mais curieusement amical pour notre proprio de ranch, se radine d’on ne sait où en prétendant savoir qui a tué le cow-boy. Peut-on lui faire confiance ? On comprend vite que non. Et pourtant, notre proprio de ranch va lui laisser le bénéfice du doute… Le reste de l’intrigue, à vous de le découvrir…
Chez Artus Films, ils aiment bien les vieux trucs sortis de la naphtaline, et force est de constater que ce « The sundowners » leur rend honneur. Les personnages sont bien campés, les paysages naturels bien mis en valeur, l’intrigue intéressante, avec des rebondissements qui font sens. L’ensemble est certes vieillot, mais j’ai envie de dire « Et alors ? » Qu’attendre d’un film de 1950 sorti des oubliettes ?

Il y a 4 personnages principaux dans ce film, et les différents événements de l’intrigue viendront à les rapprocher d’une façon parfois un peu perverse.

Le proprio du ranch, Tom Cloud est un « gentil » propre sur lui, bien coiffé, et respectueux de la loi et de la morale.

Le type chelou qui lui apporte son « aide » s’appelle Wichita. C’est un baroudeur roublard, volontiers violent, qui n’hésite pas à tuer si ça peut l’arranger. Un personnage vraiment négatif.

Jeff est le frère de Cloud. C’est aussi un peu son fils, puisque c’est son frère qui l’éduque depuis son plus jeune âge. À ses yeux, Wichita apparaît comme un oncle charismatique ayant de vraies solutions à proposer pour sauver leur ranch (en gros, buter tous les ennemis !)

Kathleen est la femme d’un gros !?@’/* violent alcoolo, lâche, bon à rien, et surtout, sa beauté angélique a tapé dans l’œil de Cloud, qui ronge son frein, incapable de la récupérer sans renier certains principes.

Quant au cœur du scénario, à savoir la rivalité entre proprios de ranch, il fait office de toile de fond, pour imbriquer les intérêts de chaque personnages et souligner leur duplicité. Je crois que là est le vrai intérêt du film. Dévoiler la face cachée des âmes les plus « pures », ce qui en fait si on gratte bien, un spectacle tout à fait subversif. Ok, c’est inoffensif comme subversion, mais tout de même, pour ma part, j’ai été agréablement surpris.

Pour le reste, l’aspect western est tout à fait respecté. Les fusillades sont comme le cachet de l’image, un peu usées, c’est normal, mais la beauté des paysages rattrape beaucoup de choses à mes yeux. Autre point positif, le rythme, il y a ici bien peu de déchet, c’est bon à souligner.

Le bonus du DVD conte les origines de ce film et revient sur les carrières parfois brèves des acteurs/actrices ; bref, un excellent complément, l’essence même du bonus…

Un bon western, moins classique qu’il n’y paraît…

 

Advertisements

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s