The Salvation, de Kristian Levring (2014), par Sékateur

Après un « Shérif Jackson » coloré et truculent (si, ça se dit encore, c’est notre Président qui me l’a soufflé !) j’enchaîne avec un western pas jouasse.

Un immigré danois s’engage dans un voyage en diligence avec sa femme et son fils, vers un avenir meilleur. Manque de bol, l’avenir n’aura rien de meilleur. Il sera même bien dégueu, puant de bêtise et de méchanceté.

Ce film démarre fort, très fort. La scène d’ouverture, stressante à souhait, monte en pression progressivement, jusqu’à un final à la Tarantino, le second degré en moins. Car en effet, dans « The Salvation », on ne rigole pas beaucoup. La violence est crue, le style dépouillé, les acteurs profonds et sérieux. On sent bien que ce n’est pas la joie. Après un tel début, on croit que ça va se calmer, mais en fait, non. La vraie histoire commence, et elle n’est pas sympa non plus.

Le gros taré du film, campé par un Jeffrey Dean Morgan qui se la joue Negan avant d’être embauché dans « The Walking Dead » (et là, mes deux lecteurs se disent « mais pourquoi il nous parle tout le temps de cette série dans ses chroniques de westerns ? – y’a pas de raison, c’est comme ça, n’empêche, certaines scènes sont proches des ambiances de l’ouest, je trouve…), ce gros taré, donc, fixe un ultimatum au shérif pour l’obliger à traquer le meurtrier de son frère. Tant que le coupable ne sera pas retrouvé, il tuera gratuitement un habitant du village.

Méthode radicale d’un bandit ayant tout pouvoir sur des autorités lâches et/ou corrompues. C’est méchant, ça sent pas bon, et surtout, je l’ai déjà dit, mais c’est important, ça ne fait pas rire.

Le pauvre danois, joué par un très bon Mads Mikkelsen va s’enfoncer dans le pétrin jusqu’au point de non-retour…

Le film tient ses promesses pendant une bonne heure. Ensuite, malheureusement, l’aspect crépusculaire s’imprègne d’une certaine légèreté, la force dramatique s’aère. On assiste à un final ultra classique et invraisemblable sur fond de fusillades.

Cette baisse de régime coïncide avec l’apparition de la donzelle de service, Eva Green, qui pourtant incarne à la perfection une femme muette et déterminée (c’est un peu Monica Bellucci dans « Dobermann »), son jeu n’est donc pas cause, mais plutôt le scénario car dès l’apparition de la belle, il nous prépare un final aux antipodes du début. Je n’en dirai pas plus…

J’ai évoqué le trio de tête du casting, le reste de l’équipe ne dépareille pas. Tous les acteurs jouent juste. Sauf un. Un français, peut-être parachuté dans ce film grâce à la fille de Marlène : Eric Cantona. Mais pourquoi l’avoir engagé ? Quelle faute de goût ! Ridicule, inexpressif, impossible d’y croire ! Pour tout dire, Eva Green ne prononce pas un mot, mais son regard en raconte cent fois plus que les lignes de dialogues de l’ex-footballeur… Qu’il est mauvais !

Outre ce choix douteux, le film glisse dans des facilités assez incompréhensibles quand on repense à cette scène d’ouverture, rude et poisseuse. Le réalisateur se complaît dans les références aux grandes œuvres du western. On peut s’amuser à les compter, à tel point que ça bouffe en partie la progression de l’intrigue. Leur utilité est très discutable, et surtout, elle confirme ce qui se devine peu à peu ; le réalisateur n’a pas cherché à créer une œuvre personnelle – ce qui est dommage car en quelques dizaines de minutes, il était parvenu à créer une belle ambiance – mais juste à torcher un western « à la Leone. » Avec une différence de taille : un dénouement faiblard.

Décevant dans sa dernière bobine, le film me reste cependant en mémoire pour sa belle photographie crépusculaire, son méchant charismatique, et le mutisme fragile de Mads Mikkelsen. Le résultat s’apparente à un beau gâchis, c’est dommage, mais il n’en demeure pas moins un bon western.

Un western bien méchant qui ne tient pas ses promesses tout en restant d’un bon niveau…

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s