Bone Towmahawk, de S. Craig Zahler (2016), par Sékateur

Pour en terminer avec ma rétrospective des westerns vieux de moins de dix ans, non exhaustive, bien entendu, voici un western… qui n’en est pas un ! C’est plutôt un film d’horreur, voire un film fantastique.

Habituellement, la démarche est inverse, ce qui fait de ce long-métrage une œuvre assez originale.

En effet, certains films de genre n’ayant aucun rapport avec la légende de l’ouest ont parfois exploité des univers, des décors, des enjeux propres au western. Je pourrais citer « Vampires » de Carpenter, mais il y en a bien d’autres. L’inverse est beaucoup moins fréquent.

« Bone Tomahawk » prend le parti d’embarquer une poignée de personnages typiques du western, le shérif, et des hommes concernés par l’enjeu, vers une destination inattendue, et pour tout dire, infernale. L’histoire est simplissime, quelques habitants sont enlevés par des indiens, alors le shérif décide de s’entourer d’hommes de confiance pour traquer les peaux-rouges jusque dans leur tanière et récupérer les otages. Jusque-là, pas de quoi crier au génie.

Le voyage est presque aussi important que la destination. C’est un choix curieux, pas moderne du tout, et pourtant essentiel pour apprécier l’ambiance progressive que souhaite installer le réalisateur. C’est un trajet difficile, aride, que tous les personnages ne parviendront pas à parcourir sans bobos. Cette première partie pourra paraître longue aux spectateurs avides d’entrer dans le vif du sujet (car on se doute dès le début que la confrontation cow-boys/indiens est le vrai intérêt du film) pourtant, je trouve qu’elle permet, contrairement à d’autres films de bourrins, de mieux s’imprégner de l’univers proposé. Quand on ne s’attend pas à la suite (c’est-à-dire quand on n’a pas encore lu toutes les critiques et les bandes annonces qui spoilent la finalité de l’histoire), eh bien on est cueilli à vif, et c’est presque un autre film qui commence en seconde partie.

Les indiens ne sont pas jouasses, mais alors pas du tout. Grimés comme des fantômes, on se demande s’ils sont vraiment humains. Je pense qu’il existe d’ailleurs une certaine ambiguïté à ce niveau. Là aussi, c’est une bonne surprise. Aucune réponse ne sera apportée sur la nature exacte de cette tribu.

Niveau casting, c’est un sans faute. Kurt Russel est impeccable, comme souvent, (comme toujours !) tout comme les autres acteurs, Patrick Wilson (Conjuring), Matthew Fox (Lost) et Richard Jenkins (le psy de « Mary à tout prix ») – franchement, rien à dire.

Niveau photographie, c’est également un sans faute. On est plongé dans cette contrée aride, asséchée, délétère, sorte de no man’s land menant à un objectif qui promet d’être encore pire. C’est juste très bien vu, très bien fait, très bien joué.

Tout cela est très positif, et on pourrait penser qu’il s’agit du film du siècle, comme ça, sur le papier. Pourtant, même si c’est une réussite, pour ce niveau de production, il n’en reste pas moins qu’il s’agit avant tout d’une petite série B ultra référentielle, qui ne cherche jamais à surpasser ses modèles. C’est humble, mais le connaisseur restera du début à la fin en terrain familier. Pas de grosses surprises, pas de suspense à s’en mordre les phalanges, pas d’émotions à s’arracher une larme. On a quand même droit à des moment assez stressants, niveau horreur, mais l’ensemble demeure assez convenu.

L’originalité du style de « Bone Tomahawk » trouvera ses limites dans la culture des vieux briscards du bis auquel il s’adresse, c’est peut-être le seul vrai reproche que je pourrai lui faire, c’est-à-dire de rester dans les limites définies par d’autres films ; cela n’en demeure pas moins une œuvre honnête, solide et sanguinolente, qui prend son temps, c’est vrai (plus de 2h au compteur) mais le fait intelligemment pour mieux doser ses effets.

Le jury de Fantastic’Art ne s’y est pas trompé, car il a obtenu le Grand Prix en 2016…

Excellent film à l’ambiance puante

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s