The néon démon de Nicolas W. Refn (2016) par Marc Shift

Jesse est une jeune femme rêvant, comme nombre de jeunes femmes, de devenir mannequin. Elle se fait très rapidement remarquer, suscitant admiration et jalousie.Seule, dans un monde très hostile, Jesse arrivera t elle à déjouer les embûches ?

Dernières tendances…

Un film sur le monde de la mode, d’un réalisateur qui m’a franchement déçu avec son dernier film. J’avais donc tout pour zapper ce film, et puis un vendeur malicieux a su donner les bons arguments pour que je m’y intéresse. Parce qu’à la base c’est vraiment pas gagnée, car Only god forgives m’avait vraiment gonflé avec un script que j’avais trouvé indigent, une esthétique criarde inadaptée, une actrice qui m’insupporte, une progression inexistante, bref de mon point de vue une catastrophe.

Autant j’ai été fan de Refn période Pusher, en fait jusqu’à Drive (même si à chaque fois je restais un peu sur ma faim), autant son côté « ceux qui me comprennent pas sont des cons » (en gros hein, je schématise…) et évidemment gonflant. Alors voir un film sur l’univers des défilés de mode, qui me parle autant qu’un couteau à une poule, ne m’emballait pas vraiment.

Et en fait, par le côté esthétique, le film a un côté que j’ai trouvé assez fascinant. Et pour le coup, lié au monde de la mode, cela a un côté bien plus adapté, en fait vraiment logique. Et de manière assez récurrente avec Refn, le film ne raconte pas grand-chose, une galerie de personnage plus ou moins caractérisée, un univers définis, identifiable mais juste esquissé. Ce n’est pas vraiment avec ce film que Refn fera taire ses détracteurs.

Jesse a tout pour elle, elle est jeune, belle et surtout fascine par sa candeur et son aura de pureté. Mais elle est seule dans un monde hostile et elle déclenche la jalousie des mannequins déjà établies. Dans ce film, on est surtout dans la posture, ce n’est ni un scénario machiavélique ni d’un suspense haletant. C’est, par contre, très graphique, sans doutes un peu tape à l’oeil, avec un jeu d’acteur plus ou moins désincarné, assez figé et un peu stéréotypé (souvent à la limite d’un tableau) mais étrangement cela fonctionne (en tous cas sur moi).

Après on adhère, ou pas, au personnage d’Elle Fanning (qui pour le coup ne me fascine pas, mais elle a le bon goût de bien jouer), le rythme du film est assez lent (les Pusher sont très très loin…), un peu trop poseur, mais ce défaut fait aussi la qualité du film, car il s’en dégage un attrait assez magnétique, renforcé par un certain charme glacial des autres actrices (j’avoue que Jena Malone m’a vraiment fasciné par sa beauté et un jeu tout en froideur et retenu).

Et souvent décrié par ses excès de violence, ce film en est assez exempt en dehors d’un final plus grand-guignolesque et burlesque, transformant le film en farce macabre, ce qui du coup m’a beaucoup amusé, comme la prestation d’un très bon Keanu Reeves, le seul à sortir d’un jeu froid et stéréotypé. Sans être une grande réussite, le film fonctionne, alors si vous êtes fâché avec Refn vous pouvez tout de même laisser une chance à ce film….

Très sympa

The Néon Démon de Nicolas Winding Refn (2016, USA, Fra, Danemark) avec Elle Fanning, Jena Malone, Keanu Reeves … durée 1h58

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s