Aniki, mon frère de Takeshi Kitano (2000) par Mat Castle

Contraint de fuir le Japon, un yakuza retrouve son demi-frère aux States. Menant plutôt bien leur barque en dessoudant les bandes rivales pour étendre leur territoire, le clan des deux nippons est sur la corde raide quand ils envoient paitre la toute puissante Mafia italienne..

 Aniki-mon-frère-Brother-Takeshi-Kitano-poster-affiche

MAFIA BLUES

 

« Je veux que les scènes violentes fassent vraiment mal », c’est dans ces termes que l’acteur de « Violent Cop », Takeshi Kitano, décrit son 9ème long métrage en tant que scénariste et metteur en scène. « Aniki, mon frère » est un « film noir » où le choc des cultures (orient et occident) est omniprésent et saupoudré d’une violence hardcore et frontale inhérente au code du genre du film de mafieux (plasticage de bagnoles, décapitations, « headshots » à gogo). Avec Kitano aux commandes, on se doutait que de toute façon la brutalité ne serait pas filmée hors champ (je vous recommande le coup des baguettes rentrées dans le pif, j’ai encore mal pour le pauvre gus..). L’ascension aussi rapide que la chute d’un clan des plus cosmopolite ( un chef jap’, un bras droit black et des porte flingues latinos) est aussi l’ histoire d’ un homme las par la vie et qui cherche un endroit pour mourir mais de façon la plus spectaculaire possible.

Aniki-mon-frère-Brother-Takeshi-Kitano-Omar-Epps3

Au détour de scènes bien trashouilles (tesson de bouteille dans l’ oeil, tripes à l’air au couteau..) « Aniki, mon frère » développe aussi, et de manière surprenante, la complicité naissante (pourtant très mal engagée) entre Yamamoto (Kitano stoïque mais vraiment génial) et la petite frappe Denny (bonne compo d’un Epps alors débutant).

Aniki-mon-frère-Brother-Takeshi-Kitano-Omar-Epps6

Un sentiment renforcé qui fait écho au titre original du métrage (« Brother ») et qui donnera lieu aux meilleurs passages du film (les deux potes hilares devant leur jeu à ficelles comico-morbide sur un chef de truands, ou bien encore le dénouement qui sera une belle preuve d’amitié..) pour des persos qui à l’origine n’ont pas grand chose en commun (marchant plus au feeling qu’ autre chose, Yamamoto/Kitano n’ ayant un anglais plus que limité).

Le prof zélé de « Battle Royale » (chroniqué sur ce même site) ne faisant rien comme les autres, il ponctue son polar par des touches d’humour, parfois non sensique, souvent noir, mais toujours irrésistibles (le perso de Kato et ses parties de foot/basket, les jeux absurdes de comptages entre Denny et son Nippon de Boss..).

Aniki-mon-frère-Brother-Takeshi-Kitano-Omar-Epps7

Mais « Aniki, mon frère » suit sa ligne conductrice et reste un film dramatique avec bon nombres de scènes chocs qui pourraient faire rougir un Martin Scorcese (sacrifice du même Kato bien bloquant, ou bien encore un dévouement extrême d’un soldat à son nouveau patron..)

 Aniki-mon-frère-Brother-Takeshi-Kitano-Omar-Epps5

En traversant l’Atlantique Kitano n’a aucunement perdu son talent et garde sa force de frappe qui le caractérisait dans ces oeuvres japonaises. « Aniki, mon frère.. » ne prend pas de gant avec sa « violence bulldozer » sans perdre de vue la psychologie de ses personnages, c’est tout à l’honneur du « Coluche asiatique ».Vivement conseillé.

Bon film
Bon film

Mat Castle.

 

 

Publicités

13 commentaires

  1. Même pas peur… je pourrais le voir celui là… en fait, ce sont les films ésotériques avec des puissances d’un autre monde qui m’effraient.
    Mais là, violence pure, pas de problème…. 

    J'aime

  2. Le Kitano le plus accessible pour les occidentaux, le plus faible à mes yeux (mais faible chez Kitano ça veut dire grand film tout de même). Enfin, ça reste un excellent film de yakuzas!!

    J'aime

  3. d’accord avec vous tous (le plus accessible et le plus américanisé) mais pas au point de passer en prime sur une chaine hertzienne,et kraft ta raison j’ai pa aimé sque ta di,ah ah just kiddin’
    fuckin’ ass!

    J'aime

  4. Mon p’tit préféré de « Beat » Takeshi est Sonatine on y retrouve quasi tous les thèmes qu’ il y a dans Aniki, mais ce dernier visuellement est superbe. C’ est simple depuis que je l’ ai vu je sais
    écrire « mort » en japonais….pour l’ instant juste au crayon

    J'aime

  5. me souvien que le « kaijin » (sase dit comme ssa?) en cadavres satavé marqué à l’époque de la sortie ciné marco,mon film préféré de kitano  c’est  violent cop,(pas tré original)
    qui a été influencé par les dirty harry..

    J'aime

  6. moua je me souviens à la séance de « hannibal » ou mark « punchait » ses genoux façon ivan drago devant une assistance médusée, j’en ris encore!!

    J'aime

  7. tute rapéle ses commentaires sortis de nulle part en les boxant, »o putain,fait chier,bam,bam » un jour de pluie ou de déprime tu repense à ça sa te booste pour la journée!

    J'aime

  8. Me rapelle plus des 2 gars, je ne me rapellais même plus de mes « punching genoux », putain j’ étais vraiment cinglé………a pardon la petite voix dans ma tête me dis que j’ ai pas changé……

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s